Certification APICS CPIM : interview d’Ernesto Cordoba

Interview d’Ernesto Cordoba, fraîchement certifié APICS CPIM

  Vox­log a mis en ligne au prin­temps der­nier un joli repor­tage Les visages de la sup­ply chain sur des per­son­na­li­tés aux dési­rs et par­cours divers. Par­mi elles, Ernes­to Cor­do­ba, consul­tant Sup­ply Chain chez ALOER et fraî­che­ment cer­ti­fié CPIM.

Nous avons recueilli son avis et son vécu sur les dif­fé­rentes étapes de sa cer­ti­fi­ca­tion CPIM. 

  Certification APICS CPIM : interview d'Ernesto Cordoba

 

Parmi les formations annuelles proposées par ALOER, pourquoi choisir le CPIM plutôt que le DDPP et le DDLP du DDMRP* ?

Ernes­to  « J’ai choi­si de pas­ser le CPIM, parce que cette for­ma­tion APICS allait me don­ner une vision glo­bale de la Sup­ply Chain : les bonnes pra­tiques, les méthodes, le voca­bu­laire. C’était la for­ma­tion idéale pour quelqu’un avec mon par­cours. Cela m’a per­mis de poser un cadre théo­rique à l’expérience ter­rain que je suis en train d’acquérir depuis 3 ans et ain­si de conso­li­der mes com­pé­tences métier. » 

Le format du CPIM semble dense et long. Comment as-tu vécu ces derniers mois entre tes missions à l’international et les révisions qu’impose cette certification ?

Ernes­to  « En effet, il faut près un an pour suivre les 5 modules et pas­ser les 5 exa­mens : BSCM, MPR, DSP, ECO, et le SMR. De plus, ces der­niers mois, nous avons eu chez ALOER une forte acti­vi­té à l’international avec des temps de dépla­ce­ment et de séjour plus longs. J’ai donc dû à plu­sieurs reprises mettre dans mes bagages les work­books de l’APICS. Et je peux vous dire que leur poids n’est pas négli­geable ! En revanche, ces dépla­ce­ments m’ont par­fois per­mis d’enrichir la pré­pa­ra­tion du module CPIM que j’étais en train de tra­vailler.  Par exemple, j’ai eu la chance de mener un pro­jet d’ordonnancement pour un client en même temps que je pré­pa­rais le module en lien avec ce der­nier pro­ces­sus. La charge de tra­vail pour pré­pa­rer le CPIM n’est pas négli­geable, il est vrai. Et même si pen­dant les périodes de forte acti­vi­té, j’ai inves­ti plus d’énergie et de temps, j’ai tou­jours été accom­pa­gné par Étienne GEORGES qui m’a beau­coup sou­te­nu dans ce parcours. » 

Au-delà des bonnes pratiques de gestion des flux & management des opérations, la formation CPIM n’est-elle pas trop théorique ?

Ernes­to  « Le CPIM, même s’il repose en grande par­tie sur des expé­riences réelles, reste un cadre théo­rique qui doit être confron­té à la réa­li­té du ter­rain. C’est à par­tir de cette confron­ta­tion et de cette com­plé­men­ta­ri­té que la richesse naît. » 

Du coup, as-tu noté une amélioration de tes compétences organisationnelles ? Appliques-tu déjà les principes du CPIM dans ta fonction de Consultant ?

Ernes­to  « Tout à fait. J’ai une vision beau­coup plus glo­bale du métier. Cela me per­met­tra par la suite d’approfondir chaque domaine selon les besoins spé­ci­fiques de nos clients. Cette for­ma­tion a éga­le­ment cris­tal­li­sé des notions apprises sur le ter­rain, qui étaient par­fois incom­plètes. Quelque chose de curieux s’est pro­duit en avan­çant dans ma cer­ti­fi­ca­tion. je me suis ren­du compte que des concepts du CPIM étaient déjà pré­sents dans ma manière de tra­vailler et de m’organiser. Et je dois vous avouer que j’étais plus que content d’apprendre que cer­tains pro­ces­sus que j’avais mis en place, étaient déjà modé­li­sés et conseillés par l’APICS. »

Tu es fraichement certifié CPIM, peux-tu partager quelques trucs et astuces avec les futurs certifiés ?

Ernes­to  « Je leur conseille­rais de bien lis­ser la charge de tra­vail dans la pré­pa­ra­tion. Il faut avoir suf­fi­sam­ment de temps pour inté­grer les conte­nus. Mais le plus impor­tant serait le choix de l’organisme de for­ma­tion avec lequel ils vont s’engager. Je pense que la qua­li­té de l’accompagnement des for­ma­teurs et les outils d’étude mis à dis­po­si­tion sont des élé­ments essentiels. » 

Mer­ci Ernesto !

* DDMRP pour Demand Dri­ven Mate­rial Requi­re­ments Plan­ning est une tech­nique de pla­ni­fi­ca­tion et d’exécution pour l’industrie et la distribution.

Les évolutions de la certification CPIM APICS

L’APICS a depuis peu har­mo­ni­sé le conte­nu et l’en­sei­gne­ment de la cer­ti­fi­ca­tion CPIM : 2 exa­mens au lieu des 5 his­to­riques. En outre, la nou­velle forme de cer­ti­fi­ca­tion se veut plus effi­cace avec un même niveau d’exigence.

Retrou­vez le cata­logue des for­ma­tions Sup­ply Chain, Lean, Ges­tion de pro­jet et exper­tise SI