Flux de la Supply Chain – définition

Les flux d’entreprise au sens de la Supply Chain

  Les flux d'entreprise au sens de la Supply Chain

  L’analyse des flux d’entreprise au sens de la Sup­ply Chain prend en compte l’ensemble des flux pré­sents au sein de l’entreprise :

  • Flux phy­siques des matières : matières pre­mières, semi-finis et pro­duits finis
  • Flux d’information : papier, infor­ma­tiques (mails, fichiers par­ta­gés ou via progiciel)
  • Flux finan­ciers en jeu : valo­ri­sa­tion des stocks et des opé­ra­tions de trans­for­ma­tion, de contrôle de cha­cune des étapes

Des outils pour étudier les flux d’entreprise existent

Par­mi les dif­fé­rents outils per­met­tant l’é­tude des flux d’en­tre­prise, on retien­dra notamment : 

  • Les car­to­gra­phies des flux phy­siques : dres­ser les flux matières sur un plan d’usine
  • Les car­to­gra­phies des pro­ces­sus : dres­ser l’enchaî­ne­ment des pro­ces­sus qui per­mettent de satis­faire la demande client : entre sa demande et la fac­tu­ra­tion de sa livrai­son, lis­ter les pro­ces­sus entrant en jeu et les décor­ti­quer étape par étape.
A noter que toute entre­prise ayant un jour satis­fait aux exi­gences de la norme ISO9001 ver­sion 2008 dis­pose d’une car­to­gra­phie des pro­ces­sus en bonne et due forme, cha­cun de ces pro­ces­sus étant chal­len­gé par quelques indi­ca­teurs de performance.

  • Les ana­lyses VSM voir fiche outil qui ana­lysent dans un pro­ces­sus défi­ni cha­cune des étapes en sépa­rant les temps à valeur ajou­tée des temps sans valeur ajou­tée, dans le but de réduire ces der­niers. Ces car­to­gra­phies détaillent l’ensemble des carac­té­ris­tiques pro­duits (pro­duc­ti­vi­té, taux de second choix, rebuts, ren­de­ment, gamme standard,…)
  • Les car­to­gra­phies appli­ca­tives, qui pro­posent de sché­ma­ti­ser l’échange des don­nées infor­ma­tiques. Elles réper­to­rient pour chaque appli­ca­tion pré­sente (ERP, CRM, APS, WMS, TMS,…) qui traite quelle don­née, la reçoit de qui et l’envoie à qui. Une fois le trai­te­ment réa­li­sé, elles décrivent qui en sont les uti­li­sa­teurs, quels en sont les modes d’échanges (mode d’échanges, type de fichiers, fré­quence d’échanges)

Par flux, on entend aussi le mode de flux de production suivi par les produits

Les produits sont-ils fabriqués

  • en flux pous­sés : MRP qui pro­pose de pro­duire à par­tir des pré­vi­sions pour une mise en stock MTS : Make To Stock
  • en flux tirés : on attend la com­mande pour pro­duire. On parle alors de MTO : Make To Order
  • avec un mix des deux sur une par­tie des étapes : dif­fé­ren­cia­tion retar­dée, ATO ou Assemble To Order

Cha­cun de ces types de ges­tion a un impact sur les points de décou­plage du stock néces­saire pour livrer le client. 

  Dres­ser une Sup­ply Chain effi­cace impose de s’attarder sur l’ensemble des flux, des modes de flux lis­tés ci-des­sus et de les étu­dier par famille d’articles, par article… en veillant aux contraintes des ate­liers, des machines, des capa­ci­tés en général. 

  Vous sou­hai­tez dres­ser les car­to­gra­phies des pro­ces­sus flux de votre Sup­ply Chain ? 

 

 

 

« Back to Glossary Index