Exigences d’un cahier des charges – définition

Définition des exigences d’un cahier des charges

Tout pro­jet infor­ma­tique est lan­cé lors d’un appel d’offres pour répondre à un besoin d’utilisateur : dis­po­ser d’un outil infor­ma­tique, d’une appli­ca­tion pou­vant gérer, enre­gis­trer, diffuser,…telle ou telle autre tâche. 

Dans la ges­tion de pro­jet, l’une des étapes pri­mor­diales pour abou­tir au choix de l’outil infor­ma­tique répon­dant au mieux aux besoins des uti­li­sa­teurs de ce futur outil est la rédac­tion du cahier des charges. Celui-ci devra expri­mer de la façon la plus exhaus­tive pos­sible les besoins des uti­li­sa­teurs mais aus­si ceux des ser­vices tech­niques (DSI, Infra) qui auront à admi­nis­trer la future application. 

La mise en forme des cahiers des charges passe par une étape de recueil du besoin. Il s’a­git d’en­tre­tiens au cours des­quels les uti­li­sa­teurs expriment leurs besoins, les docu­mentent et les illus­trent en par­tant de leurs tâches actuelles, puis pro­je­tant celles-ci une fois l’outil implémenté. 

Pour pou­voir com­pa­rer les solu­tions du mar­ché, ou pour pou­voir dépar­ta­ger les édi­teurs qui répon­dront au cahier des charges (via un appel d’offres), il est plus simple de clas­si­fier cha­cun des besoins expri­més sous forme d’exigences puis de pon­dé­rer celles-ci : obli­ga­toire – sou­hai­tée – de confort. Ces exi­gences seront pré­sen­tées dans un tableau EXCEL pour obte­nir au glo­bal une note pour cha­cune des solutions. 

Des exigences de différents niveaux

  • Les objec­tifs stra­té­giques seront fixés par la Direc­tion géné­rale. Ils feront l’objet d’un docu­ment par­ti­cu­lier qui pour­ra être repris ou rap­pe­lé dans le cahier des charges,
  • Les exi­gences liées à l’organisation : elles découlent des objec­tifs ou des contraintes orga­ni­sa­tion­nelles ou régle­men­taires,
  • Les exi­gences géné­rales : le chiffre d’af­faires – CA, la repré­sen­ta­tion de la socié­té en France, le % du CA uti­li­sé en déve­lop­pe­ment, les der­nières réfé­rences clients, les prin­ci­paux concurrents,…
  • Les exi­gences tech­niques pré­ci­se­ront les modules tech­niques néces­saires, les incom­pa­ti­bi­li­tés, les temps de réponse,…
  • Les exi­gences de niveau inter­mé­diaire cor­res­pondent aux points de vues des uti­li­sa­teurs. Il s’a­git d’exi­gences com­por­te­men­tales, de cas d’utilisation, ou d’exi­gences de qualité,
  • Les exi­gences basiques : elles décrivent sous la forme de phrases « Le sys­tème doit… » des exi­gences fonc­tion­nelles ou non fonc­tion­nelles, des contraintes, d’ordre tech­nique ou autre, ou des exi­gences d’interface.

Cette clas­si­fi­ca­tion per­met de struc­tu­rer la spé­ci­fi­ca­tion en « couches » d’exigences de plus en plus détaillées. Elles ne don­ne­ront pas toutes lieu à une nota­tion mais elles seront tout autant, au moment du choix du pres­ta­taire et en com­plé­ment des élé­ments bud­gé­taires, des élé­ments prépondérants. 

 

 

« Back to Glossary Index