Résilience de la Supply Chain – définition

La résilience, vulgarisée par le psychiatre Boris Cyrulnik

  Résilience

La rési­lience désigne la capa­ci­té intrin­sèque des sys­tèmes vivants à retrou­ver un état d’équilibre : soit leur état ini­tial, soit un nou­vel équi­libre, qui leur per­mette de fonc­tion­ner après un désastre ou en pré­sence d’une pres­sion persistante. 

Le terme est utilisé dans plusieurs contextes 

  • phy­sique : la rési­lience est une pro­prié­té qui carac­té­rise l’éner­gie absor­bée par un corps lors d’une déformation 

  • ther­mique : c’est la capa­ci­té d’un maté­riau à conser­ver une tem­pé­ra­ture dans la durée 

  • éco­lo­gie et en bio­lo­gie : elle désigne la capa­ci­té d’un éco­sys­tème, d’une espèce ou d’un indi­vi­du à récu­pé­rer un fonc­tion­ne­ment ou un déve­lop­pe­ment nor­mal après avoir subi une perturbation 

  • psy­cho­lo­gie : la rési­lience est un phé­no­mène consis­tant à pou­voir reve­nir d’un état de stress post-traumatique 

  • éco­no­mie : c’est la capa­ci­té à reve­nir sur la tra­jec­toire de la crois­sance après avoir encais­sé un choc 

  • infor­ma­tique : il s’a­git de la capa­ci­té d’un sys­tème ou d’une archi­tec­ture réseau à conti­nuer de fonc­tion­ner en cas de panne 

  • dans le domaine de la gou­ver­nance, de la ges­tion du risque et du social : la rési­lience com­mu­nau­taire asso­cie les approches pré­cé­dentes en s’in­té­res­sant au groupe et au col­lec­tif plus qu’à l’in­di­vi­du isolé 

  • dans l’arme­ment et l’aérospatial : la rési­lience dénote le niveau de capa­ci­té d’un sys­tème embar­qué à tolé­rance de panne, de pou­voir conti­nuer de fonc­tion­ner en mode dégra­dé tout en évo­luant dans un milieu hostile

La résilience en Supply Chain Management ?

La rési­lience de la Sup­ply Chain indique une capa­ci­té proac­tive de la chaîne d’approvisionnement ou de pro­duc­tion à être flexible, agile et adap­table.

Est ain­si consi­dé­rée comme rési­liente une Sup­ply Chain qui n’est pas ou peu impac­tée par un évè­ne­ment qui aurait pu, en temps nor­mal, com­pro­mettre sa bonne marche, voire la paralyser.

Ain­si les entre­prises adaptent leur orga­ni­sa­tion. Elles se dotent de métho­do­lo­gies pour iden­ti­fier et éva­luer les risques mais aus­si, leur degré de vul­né­ra­bi­li­té à ces derniers :

  • sous-trai­tance,
  • successions/reprises de leurs fournisseurs,
  • implan­ta­tion indus­trielle dans un pays émergent,
  • sta­bi­li­té éco­no­mique et politique…

 

« Back to Glossary Index